Comment vos yeux trahissent vos pensées

How your eyes betray your thoughts

 

Propulsé par Guardian.co.ukCet article intitulé “Comment vos yeux trahissent vos pensées” a été écrit par Mo Costandi, pour theguardian.com le mardi 2 Juin 2015 09.00 UTC

Selon le vieux dicton, les yeux sont les fenêtres dans l'âme, révélant des émotions profondes que nous pourrions vouloir autrement cacher. Bien que la science moderne exclut l'existence de l'âme, il ne suggère qu'il existe un noyau de vérité dans cette parole: il se trouve les yeux reflètent non seulement ce qui se passe dans le cerveau, mais peuvent aussi influer sur la façon dont nous nous souvenons des choses et de prendre des décisions.

Nos yeux sont constamment en mouvement, et alors que certains de ces mouvements sont sous contrôle conscient, beaucoup d'entre eux se produisent inconsciemment. Quand nous lisons, par exemple, nous faisons une série de mouvements oculaires très rapides appelés saccades qui fixent rapidement sur un mot après l'autre. Lorsque nous entrons dans une pièce, nous faisons saccades de balayage plus grandes que nous regardons autour. Ensuite, il y a la petite, mouvements oculaires involontaires que nous faisons que nous marchons, pour compenser le mouvement de notre tête et stabiliser notre vision du monde. Et, bien sûr, nos yeux dardent autour pendant le «mouvement rapide des yeux ' (REM) phase de sommeil.

BBC Future

Ce qui est en train de devenir clair que certains de nos mouvements oculaires peuvent effectivement révéler notre processus de pensée.

Une étude publiée l'année dernière montre que dilatation de la pupille est liée au degré d'incertitude lors de la prise de décision: si quelqu'un est moins sûr de leur décision, ils se sentent l'excitation accrue, ce qui provoque les élèves à se dilater. Ce changement dans l'œil peut aussi révéler ce qu'un décideur va dire: un groupe de chercheurs, par exemple, a constaté que regarder pour la dilatation a permis de prédire quand une personne prudente utilisée pour dire «non» était sur le point de prendre la décision difficile de dire «oui».

Regarder le les yeux peuvent même aider à prédire ce nombre une personne a à l'esprit. Tobias Loetscher et ses collègues de l'Université de Zurich recrutés 12 bénévoles et suivis de leurs mouvements oculaires pendant qu'ils dévida une liste de 40 Nombres.

Ils ont constaté que la direction et la taille des mouvements oculaires des participants ont prédit avec précision si le nombre qu'ils étaient sur le point de dire était plus grande ou plus petite que la précédente - et de combien. Le regard de chaque volontaire déplacé vers le haut et à droite juste avant ils ont dit un plus grand nombre, et vers le bas et vers la gauche avant une plus petite. Plus le passage d'un côté à l'autre, plus la différence entre les nombres.

Cela suggère que nous relions en quelque sorte nombre des représentations abstraites dans le cerveau avec le mouvement dans l'espace. Mais l'étude ne nous dit pas ce qui vient en premier: si la pensée d'un nombre particulier provoque des changements dans la position des yeux, ou si la position de l'œil influence notre activité mentale. En 2013, chercheurs en Suède ont publié des preuves qu'il est celui-ci qui peuvent être au travail: mouvements oculaires peuvent effectivement faciliter la récupération de la mémoire.

Ils ont recruté 24 étudiants et a demandé à chacun d'examiner attentivement une série d'objets affichés à eux dans un coin d'un écran d'ordinateur. Les participants ont ensuite dit d'écouter une série de déclarations sur certains des objets qu'ils avaient vu, tels que «La voiture faisait face à la gauche" et a demandé d'indiquer le plus rapidement possible si chacun était vrai ou faux. Certains participants ont été autorisés à laisser leurs yeux se promènent librement; On a demandé aux autres de fixer leur regard sur une croix au centre de l'écran, ou le coin où l'objet était apparu, par exemple.

Les chercheurs ont constaté que ceux qui ont été autorisés à déplacer leurs yeux spontanément pendant le rappel des résultats significativement meilleurs que ceux qui fixe sur la croix. Intéressant, bien que, les participants qui ont dit de fixer leur regard dans le coin de l'écran dans lequel les objets étaient apparus plus tôt de meilleurs résultats que ceux dit de fixer leur regard dans un autre coin. This suggests that the more closely the participants’ eye movements during information encoding corresponded with those that occurred during retrieval of the information, the better they were at remembering the objects. Perhaps that’s because eye movements help us to recall the spatial relationships between objects in the environment at the time of encoding.

These eye movements can occur unconsciously. “When people are looking at scenes they have encountered before, their eyes are frequently drawn to information they have already seen, even when they have no conscious memory of it,«, explique Roger Johansson, a psychologist at Lund University who led the study.

Watching eye movements can also be used to nudge people’s decisions. One recent study showed – maybe worryingly – that eye-tracking can be exploited to influence the moral decisions we take.

Researchers asked participants complex moral questions such as “Can murder ever be justified?” and then displayed, on a computer screen, alternative answers (“sometimes justifiable” or “never justifiable”). By tracking the participants’ eye movements, and removing the two answer options immediately after a participant had spent a certain amount of time gazing at one of the two options, the researchers found that they could nudge the participants to provide that particular option as their answer.

“We didn’t give them any more information,” says neuroscientist Daniel Richardson of University College London, senior author of study. “We simply waited for their own decision-making processes to unfold and interrupted them at exactly the right point. We made them change their minds just by controlling when they made the decision.”

Richardson adds that successful salespeople may have some insight into this, and use it to be more persuasive with clients. “We think of persuasive people as good talkers, but maybe they’re also observing the decision-making process,»Dit-il. “Maybe good salespeople can spot the exact moment you’re wavering towards a certain choice, and then offer you a discount or change their pitch.”

The ubiquity of eye-tracking apps for smartphones and other hand-held devices raises the possibility of altering people’s decision-making process remotely. “If you’re shopping online, they might bias your decision by offering free shipping at the moment you shift your gaze to a particular product.”

Ainsi, eye movements can both reflect and influence higher mental functions such as memory and decision-making, and betray our thoughts, croyances, and desires. This knowledge may give us ways of improving our mental functions – but it also leaves us vulnerable to subtle manipulation by other people.

“The eyes are like a window into our thought processes, and we just don’t appreciate how much information might be leaking out of them,” says Richardson. “They could potentially reveal things that a person might want to suppress, such as implicit racial bias.”

“I can see eye-tracking apps being used for, dire, supportive technologies that figure out what phone function you need and then help out,"Il ajoute, “but if they’re left on all the time they could be used to track all sorts of other things. This would provide much richer information, and raises the possibility of unwittingly sharing our thoughts with others.”

This is an edited version of a feature I wrote for BBC.com/Future, a website covering science, health and technology.

guardian.co.uk © Nouvelles Gardien & Media Limited 2010

Publié par le Nouvelles Gardien RSS Plugin pour WordPress.

Articles connexes